• Delphine FRANCOIS

Le réflexe d'embrassade de Moro : que fait-il et comment le travailler à la maison ?



De la période fœtale (fin du 1er trimestre), à l'accouchement puis jusqu'à 3-4 mois, le réflexe de Moro est activé par un changement soudain de la position de la tête vers l'arrière ou par une descente soudaine de 20 cm (activation du vestibule) suivi d'un retour dans la position initiale. La réaction du nourrisson est de s'ouvrir en arrière en écartant largement ses bras, ses doigts et dans une moindre mesure les jambes, de prendre une profonde inspiration et de la retenir (1ère phase). Il se referme alors en contractant les mes membres, en fermant les poings et en expirant. Le mouvement des mains et des doigts ressemble à celui d'une embrassade (2e phase). Se produit alors la sécrétion d'hormone du stress : le cortisol. Des pleurs et des cris peuvent accompagner ce réflexe. Il est ensuite important de passer à la 3e phase : l'embrassade donc être dans les bras et être rassuré pour diminuer le taux d'hormone de stress.



Il se produit fréquemment lorsque le nouveau-né n'est pas capable de tenir seul sa tête et qu'on le soulève en le prenant sous les aisselles. La tête bascule alors vers l'arrière avant de revenir vers l'avant. Il est important de prendre le nourrisson sous le bassin et sous la tête pour éviter l'hyperactivation de ce réflexe.


C’est un mécanisme de protection qui prépare le bébé à la marche au cours de laquelle il devra ouvrir ses bras pour se rattraper en cas de chute (associé à l'agrippement de Robinson)

La bonne intégration du réflexe de Moro participe à l’installation de la confiance en soi, à l’équilibre émotionnel, aux capacités d’adaptation. Le sentiment de sécurité intérieure qu’il favorise permet d’avoir accès son potentiel lors de situations nouvelles, stressantes et d’apprentissage.


Ce réflexe peut être intégré normalement pendant l'enfance et resurgir par la suite suite à des chocs émotionnels répétés ou à un choc physique important (chute importante, coup du lapin, ...).


La non intégration du réflexe de Moro peut entraîner bon nombre d'effets :

  • Désorientation

  • Mauvaise adaptation, difficulté à effectuer des choix, sensation de volonté paralysée, mauvaise tolérance au stress

  • Mise en position fœtale lors des situations de stress

  • Sujet à des peurs ou des phobies

  • Hyperactivité émotionnelle, motrice et comportementale

  • Dépendant et irrationnel dans les relations

  • Affecte les compétences d'apprentissage et la créativité

  • Tendance à sur ou sous réagir face aux peurs et à être très émotif (colère, larmes faciles, sautes d'humeur, agressivité)

  • Perte de contrôle ou s'en prendre aux autres

  • Cauchemars ou terreurs nocturnes

  • Difficultés à lire le langage corporel des autres

  • Peut sembler violent et mal élevé

  • Avoir du mal à respecter les règles


Pour les enfants, il est important de les laisser s’asseoir en fond de classe s'ils s'y sentent plus en sécurité, ils sont mal à l'aise dans le bruit. Ils aiment les routines et les emplois du temps précis. Leurs peurs sont à considérer sérieusement.


Voici la fiche pdf des exercices facilement réalisables à la maison : cliquez ici !

Attention, les exercices sont des aides à l'intégration des réflexes et suffiront pour des réflexes archaïques intégrés en grande partie. Autrement il sera nécessaire de remodeler le schéma du réflexe en séance. Ce réflexe est particulièrement important à travailler et si les symptômes décrits plus haut sont largement présents, faîtes le travail au préalable en cabinet avant de commencer les exercices.


Palais Thermal

79 avenue de la Marne

64200 - Biarritz

© 2016 Tous droits réservés à Delphine FRANCOIS, Ostéopathe D.O.

 

Tél : 05 59 85 39 68

  • Doctolib
  • Facebook Social Icône
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now